Medina Baye, l’histoire !
1ère partie
source : faydatijaniya

Il faut reconnaître que la création de la cité religieuse de Médina Baye est une conséquence de la naissance de la Faydatidianiya. Cette nouvelle philosophie qui permet à l’homme de se connaitre, de se situer par rapport à Allah le tout puissant a vu le jour en août 1929 à Léona.

Par la suite Cheikh Ibrahima et ses disciples se sont retirés au village de Kossi d’où ils restèrent jusqu’au mois de mars 1930. Pour une nouvelle philosophie, il fallait nécessairement de l’espace et l’espace qui accueillit ce courant philosophique est la cité de Médina Baye où Cheikh Ibrahima Niass posa pour la première fois les pieds le 10 mars 1930. Ainsi cette date marqua la création de cette cité.

Ce lieu est symbolique parce que c’est à la suite, lorsqu’il est venu faire la reconnaissance des lieux accompagné de Chérif Abdallah, de Cheikh Ibra Fall, d’Amadou Thiam Soulèye et de Ndiawar Diaw ce dernier est un parent de Mboutou Sow chef de canton à l’époque pour identifier le site. C’était un 10 mars 1930 vers les coups de 18 heures et par hasard à la tombée de la nuit, il demanda à l’un de ses accompagnants qui était Amadou Thiam Souley d’y passer la nuit. Ce dernier l’accepta volontiers et avec dévotion et passa la nuit-là ou se trouve le minbar et devient le premier habitant de Médina Baye et premier chef de village.

C’est en 1931 que Cheikh Ibrahima est venu s’y installé. Mais au début jusqu’à 1936, il venait à Médina pendant la saison sèche et lorsque l’hivernage s’annonçait il retournait à Kossi pour ses activités culturales.

C’est finalement en 1936 qu’il a décidé d’y rester toute l’année. Parmi les premiers habitants il faut d’abord noter son frère ainé Baye Mahmoud, ses demi-frères Cheikh Mbaye, Cheikh Serigne Mbaye, Mame Mass, Ousmane Marème, Baye Malick qui est également son demi-frère, Amadou Thiam Fouta, Ousmane Dieng. Une année après Médina Baye connait son premier lotissement. Avant les maisons étaient données gratuitement mais maintenant elle est la zone la plus chère de Kaolack. Cela s’explique par la présence de la religion et aussi on peut y recenser plus d’une dizaine de nationalités surtout les pays anglophones : Ghana, Nigéria, Libéria, Sierra Leone, USA ; la Mauritanie constitue la deuxième communauté.

Au début Baye Niass y avait érigé une mosquée de 4 mètres sur 5, le minebar reste inchangé c’était en 1931 et elle a été inaugurée par l’un de ses frères cadets El Hadji Omar Niass Imam de Léona désigné par El hadji Abdoulaye Niass père de Cheikh Ibrahima. Cette mosquée dura 5 ans parce qu’au retour de son pèlerinage de 1937, il a mis en place un programme d’extension et de réhabilitation pour passer de mosquée en grande mosquée….

La suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *